Personne dépendante et aidant

Surveillance de la personne dépendante à distance

Un surveillance personnes âgées à distance permet de sécuriser une personne âgée qui vit seule chez elle. En cas d’urgence la personne âgée peut appeler avec son bracelet d’appel d’urgence. Pour une personne âgée qui nécessite une surveillance de nuit, une caméra de surveillance vidéo permet de garder un contact visuel mais aussi un dialogue à distance et à tout moment.

Surveillance personnes âgées à distance pour un senior qui sort seul

Pour une personne âgée qui sort seule, les risques sont de différentes nature :

  • la personne âgée est à risque de chute
  • la personne âgée peut être désorientée
  • la personne âgée peut s’égarer

La meilleure alarme senior pour une surveillance personne âgée qui sort seule est le bracelet GPS anti chute. Cette alarme senior est également présentée en collier ou pendentif anti chute à carte SIM. Il s’agit du même équipement qui peut être porté soit au brase en bracelet, soit autour du cou en pendentif.

Cette alarme permet la surveillance de la personne âgée à distance même si cette personne n’est pas à la maison.

Cette surveillance personne âgée à distance est une alarme senior anti chute à carte SIM avec une localisation GPS.

alarme senior anti-chute via SIM

Découvrir

Cet équipement répond à la fois au besoin de donner l’alerte en cas de chute, au besoin de la personne de contacter à tout moment un proche en cas de malaise ou s’il est désorienté et au besoin d’être localisé en cas de perte de repère ou si la personne est égarée.

Il s’agit d’un boitier étanche et très résistant. Cet équipement de sécurité pour personne âgée peut être porté à tout moment, sous la douche, au jardin et en promenade. Il est très léger et peu encombrant.

Cette alarme senior anti chute avec GPS est un vrai concentré de technologie. Elle est à la fois très simple de fonctionnement et très puissante. Ses fonctions de surveillance à distance sont les suivantes :

  • détection de chute automatique
  • alerte manuel avec BIP SOS
  • appel d’urgence en cas d’alerte (automatique ou manuel)
  • appel téléphonique + envoi de SMS
  • communication téléphonique
  • géolocalisation

Cet équipement permet le dialogue entre la personne âgée et son aidant. A tout moment l’aidant peut interroger l’équipement pour localiser la personne.

Cette surveillance personne âgée à distance est proposé en achat SANS ABONNEMENT exepté le forfait de la carte SIM que vous prenez vous-même chez l’opérateur majeur de votre choix Orange, SFR ou BouyguesTelecom.

En équipant un proche âgée de cette solution de surveillance à distance vous lui permettez de continuer de sortir seule avec davantage de sécurité.

La surveillance au domicile des personnes âgées

Les risque de chute chez les personnes âgées, concernent la population des personne âgées, c’est à dire les 60- 75 ans qui sont de plus en plus nombreuses à rester à domicile, mais aussi le grand âge c’est à dire les personne âgées de 75-85 ans et plus.

bracelet alerte anti chute
bracelet anti chute pharmacie

Découvrir

Pas d’abonnement – Pas d’intermédiaire – Pas de surcoût

En portant au poignet ce bracelet anti chute pharmacie équipé d’un détecteur de chute, la personne âgée a un dispositif efficace en cas de chute et donc d’un besoin rapide d’assistance.

Vieillissement et surveillance au domicile des seniors

Photo 20minutes
qui a fait un très bon article

Le domaine du “bien vieillir” est un vrai sujet au niveau international depuis le début des années 2000 dans un objectif de prévention et de promotion de la santé. Il s’agit bien sûr du « vieillissement en santé », de la prévention des maladies chroniques et d’un environnement favorable. Voir également le sujet sur l’adaptation de la ville et des transports pour aider et s’adapter aux personnes âgées. Selon l’INSEE , la population française continue de vieillir et les personnes âgées d’au moins 65 ans représentent 20,5 % de la population.

Concernant la prévention des maladies chroniques, je m’engage très personnellement dans cette démarche concernant le diabète et l’obésité.

Concernant le maintien à domicile, je sélectionne et je propose des solutions technologiques de qualité pour senior qui reste seul à la maison ainsi que pour senior actif à risque de chute ou de malaise.

La loi grand âge, donnera, souhaitons le, davantage de moyens, revalorisera les métiers pour préparer la France à affronter la hausse du nombre de seniors en perte d’autonomie.

Réduire les risques de chutes et faciliter la surveillance à domicile

L’alimentation a son importance sur l’état physique et l’alimentation équilibrée réduit pour la personne âgée les risques de vertige et de malaise. Le ministère des Solidarités et de la santé a lancé un plan national

Une étude menée par l’INSERM auprès d’un millier de personnes âgées volontaires de plus de 65 ans montre que les seniors ayant une activité physique équivalente à une heure et demie de marche quotidienne réduisent leur mortalité de 30 %.

Au delà de l’alimentation et de l’activité physique, il convient de modifier le domicile pour en réduire les risques de chute pour la personne âgée : apporter un bon éclairage, dégager les zones de passage, mettre des guides et des rampes.

Le profil des personnes âgée à risque de chute : les “chuteurs”

Le ministère des Solidarités et de la santé identifie que 80% des chutes concernent :

  • 30% de personnes non fragiles, autonomes et qui chutent sans prendre de risque particulier
  • 50% de personnes fragile, nécessitant de l’aide et chutant lors d’une action à faible intensité

Surveillance d’une personne âgée qui reste seule la nuit

Caméra de vidéo surveillance pour personne âgée idéale pour faciliter le maintien à domicile d’une personne dépendante, âgée, handicapée, malade ou isolée. Avec cette caméra de vidéo-surveillance personne âgée vous pouvez surveiller votre parent proche âgé qui reste seul à la maison, à distance avec un smartphone, une tablette ou un ordinateur, à tout moment et en toute simplicité. 

vidéo surveillance à distance d'une personne âgée
vidéo surveillance à distance d’une personne âgée

La surveillance vidéo d’une personne âgée à distance est l’alternative à l’EPHAD

80% des personne âgées préfèrent vieillir à la maison plutôt qu’en établissement selon l’Institut Français des Seniors. Ce maintien à domicile du senior nécessite d’aménager son logement : plus de sécurité = moins de chute. Pour les risques de malaise nous proposons des pendentifs avec boutons SOS qui permettent à la personne âgée d’alerter ses aidants.

Ce sont les chutes qui sont majoritairement la cause l’entrée en EPHAD de la personne âgée.

Pour cela nous proposons des solutions de bracelet anti-chute pharmacie qui permettent d’alerter la famille immédiatement sans que la personne âgée n’ait à appuyer sur un quelconque bouton.

Les personnes âgées qui sortent seules courent également le risque de s’égarer ou de chuter lors d’une promenade. Dans ce cas il faut un équipement de sécurité spécifique pour retrouver une personne âgée qui s’égare ou risque de chuter à l’extérieur.

La surveillance à distance d’une personne âgée par caméra est une solution simple

La caméra de surveillance senior est particulièrement adaptée à la surveillance d’un proche car elle se pose simplement sur un meuble. Elle peut également être fixée au mur avec le kit de fixation fourni.

La surveillance d’une personne âgée dans une maison à étage

SANS ABONNEMENT à aucune téléassistance

Caméra de surveillance personne âgée

Découvrir

Senior qui se promène seul

Une personne âgée qui vit dans une maison à étage risque de chuter dans son escalier. Avec l’âge, les capacités à nous repérer baissent. L’environnement devient plus difficile et les conséquences d’une chute das un escalier peuvent être terrible pour la personne âgée.

Une bonne solution consiste à installer une Caméra pour la surveillance senior qui permet de vérifier ce risque de chute particulier. Cette caméra de surveillance étant pilotable à distance, elle permet de voir à la fois dans l’escalier et dans l’étage lui-même.

En plaçant une seconde caméra près de la porte en bas, vous pouvez surveiller les risques d’entrée indésirables ainsi que le bien être de la personne âgée.

Cette caméra est équipée d’un micro et d’un haut-parleur ce qui permet le dialogue entre la personne âgée et son aidant, à distance et toujours SANS ABONNEMENT. Sur ce site, vous trouverez ces solutions de surveillance vidéo à distance et sans abonnement : camera de surveillance personne agée

La vidéo surveillance personne âgée à distance est la plus innovante des solutions de surveillance à distance. Elle offre le plus de souplesse our veiller et surveiller à distance sur vos proches âgés, des caméras de surveillance spéciales senior permettent une vidéosurveillance discrète dans la maison. L’application installée sur le smartphone de chacun des aidants permet de voir à tout moment et de dialoguer avec le proche âgée, malgré la distance. Il est possible également de mettre en route un système de surveillance et d’alertes pour être informé des entrées et sorties de la maison.

Financement de la politique en faveur des personnes âgées en perte d’autonomie

Les fédérations représentant les EPHAD (Établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) ou les services d’aide à domicile dont par exemple l’Association des directeurs au service des personnes âgées (AD-PA) dénoncent le manque de financement de la politique en faveur des personnes âgées en perte d’autonomie.

Aurore Bergé reconnait que l’«On relève des différences de traitement des personnes vulnérables en fonction des territoires». La part financée par l’État et celle à la charge des départements, n’est pas claire, et cela pénalise les structures et les personnes âgées en perte d’autonomie. 

La CNSA (Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie) est en charge de répartir les financements d’État pour les questions ayant trait à la perte d’autonomie et verse des sommes aux départements via des «fonds concours» dont ceux qui contribuent à financer  l’Allocation personnalisée d’autonomie (APA) ou la Prestation de compensation du handicap (PCH). Ces fonds sont nombreux et leur fonctionnement doit être simplifié d’ici à 2025, avec notamment une réduction du nombre de ces fonds.

Une étude a été demandée à la CNSA pour connaître l’évolution démographique par département, de lister le nombre de places en Ehpad et dans les structures et évaluer le besoin d’accueil dans les prochaines années et ce, afin de mieux organiser les financements et les répartition par département. 

D’autres sujets sur la prise en charge de la perte d’autonomie devraient avancer en novembre, la proposition de loi sur le Bien vieillir, qui comporte plusieurs mesures comme la création d’un service départemental de l’autonomie ou encore l’attribution d’une carte professionnelle pour les aides à domicile, reviendra dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale la semaine du 20 novembre, mais aussi l’adaptation de la société au vieillissement avec la prise en charge des personnes âgées, l’adaptation de la ville ou encore des transports.

Face au sujet du Vieillissement de la population il parait important de s’interroger sur l’APA pour le maintien à domicile d’une personne âgée.

L’APA (allocation personnalisée d’autonomie) permet de contribuer aux dépenses nécessaires du maintien à domicile de la personne âgée de plus de 60 ans.

Cette allocation est validée par une équipe médico-sociale du conseil départemental incluant une visite d’évaluation au domicile, dont l’objectif est de déterminer le niveau de perte d’autonomie de la personne âgée qui demande l’aide : GIR 1 est le niveau de perte d’autonomie le plus fort et GIR 6 le plus faible, il doit être compris entre 1 et 4 pour bénéficier de l’APA.

La grille AGGIR (Autonomie Gérontologique et Groupe Iso Ressources) permet de déterminer le degré de perte d’autonomie d’une personne.

Heures «de convivialité» pour les personnes âgées percevant l’APA

Les personnes âgées dépendantes qui vivent à domicile et perçoivent l’Allocation personnalisée d’autonomie (APA), pourront bénéficier d’heures dites «de convivialité», un temps supplémentaire consacré à des activités de loisirs collectives ou individuelles : temps de discussion, jeux, lectures… (à lire dans capital).

Cela soulève quelques inquiétudes :
– que ces heures ne soient pas utilisées pour des actions de convivialité mais pour réaliser des actes de la vie quotidienne (beaucoup de plans d’aide ne permettent pas une prise en charge complète de la personne âgée)
– Le manque de ressources dans un secteur qui souffre depuis des années de problèmes de recrutement

Perte d’autonomie pour une personne âgée

La perte d’autonomie est évaluée en fonction de

  • cohérence : capacité à communiquer, converser et/ou se comporter de façon sensée
  • orientation : se repérer dans le temps, les lieux, les moments de la journée
  • toilette : autonomie à se laver
  • habillage
  • alimentation : manger les aliments préparés
  • élimination (urinaire et fécale)
  • transferts : capacité à se lever, se coucher et s’asseoir
  • déplacements à l’intérieur du domicile ou de l’établissement
  • déplacements à l’extérieur (se déplacer à partir de la porte d’entrée sans moyen de transport)
  • communication à distance avec le téléphone, une alarme…

La capacité de la personne âgée à gérer son budget, préparer ses repas, faire son ménage, prendre les transports, faire des achats, suivre un traitement, avoir des activités de loisirs sont non discriminantes mais importantes pour élaborer le plan d’aide.

Qui est concerné par le maintien à domicile ?

En France en 2015 sur 2,5 millions séniors en perte d’autonomie la mission « Vivre Chez Soi », concernant le maintien à domicile, annonce :

  • 90 % d’entre eux souhaitent rester le plus longtemps possible à leur domicile 
  • 92 % des plus de 75 ans y vivent toujours

Pour les proches et la famille, cette étude amène à réfléchir aux besoins du proche âgée et d’envisager de l’équiper de moyens de sécurité ou d’aide.

Nous ne sommes pas tous égaux face à la vieillesse et nous n’avons pas tous besoin des mêmes aides au même moment.

Plusieurs millions de Français disposent d’une assurance dépendance, pour couvrir les dépenses engendrées par la perte d’autonomie. Le principe est de cotiser chaque mois pour couvrir le risque d’un handicap qui donne lieu un capital ou une rente mensuelle.

Organiser le maintien à domicile ?

Le maintien à domicile dépend de la situation de la personne s’il est possible, souhaité ou préférable par rapport à une admission en établissement (voir l’article Hébergement pour personne âgée).

Plusieurs organismes initient et coordonnent cette mise en place :

  • Les Services d’aide et d’accompagnement à domicile (SAAD) : organisme public ou privé, autorisé par le conseil départemental, qui intervient à domicile pour des aides aux activités courantes et ordinaires / des actions liées à la préservation de l’autonomie et au développement d’activités sociales
  • Les Services de soins infirmiers à domicile (SSIAD) : services médico-sociaux qui interviennent au domicile des patients sur prescription médicale et ont mission de coordination avec les autres professionnels de santé pour améliorer la prise en charge globale des patients
  • Les Services polyvalents d’aide et de soins à domicile (SPASAD) : services qui assurent à la fois les missions d’un SSIAD et celles d’un SAAD, interlocuteur unique pour la mise en place des interventions et de leurs suivis

Rôle des proches dans le maintien à domicile

La maladie, l’accident de la vie peuvent induire une perte d’autonomie et dans ces situations, les proches sont les premières personnes à venir en aide à une personne âgée. Ce soutien et cet engagement est lourd à porter et l’implication des proches aidants est de plus en plus reconnue et soutenue.

Certains aidants sont salariés ou dédommagés par la personne âgée à laquelle ils apportent une aide, d’autres bénéficient de congés.

Tout dépend de l’âge, du lien familial ainsi que de la situation familiale, sociale, professionnelle de l’aidant et de la personne âgée.

Les alarme personne âgée comme aide au maintien à domicile

Certains client âgée qui sortent encore seuls choisissent de s’équiper d’une alarme autonome, le Bracelet anti chute sans abonnement, d’autres qui restent à la maison choisissent le Bracelet anti chute de maison et pour ceux qui sont déjà connecté avec une box internet, de plus en plus doublent cette surveillance avec une caméra pour senior qui permet de garder un contact visuel.

Principales solutions de sécurité proposé par LA VIE DOUCE

Comparatif alarme senior et surveillance

Nous proposons un grand choix d’équipement de qualité, fiable et simple à mettre en place et à utiliser.

Vous serez sans doute intéressés de les découvrir au travers de nos comparatifs :

Comparatif des bracelets alarme à détection de chute
Comparatif des pendentifs alarme senior sans abonnement


Selon une étude récente, le risque de mourir aux urgences pour une personne âgée est 46 % plus élevé si elle passe une nuit sur un brancard. Ils est urgent de tout mettre en œuvre pour éviter aux seniors d’aller aux urgences si ce n’est pas nécessaire.

Risque pour une personne âgée de passer la nuit aux urgences

C’est un incroyable sujet que je retrouve chez ELLE passer la nuit sur un brancard augmenterait le risque de mortalité chez les personnes âgées sur CAPITAL Passer une nuit sur un brancard aux urgences augmente de presque 50% le risque de ne pas se réveiller le lendemain ou encore avec RADIO FRANCE risque de surmortalité pour les patients qui ont attendu au moins une nuit sur un brancard

Je pense à moi-même, à mes parents qui ont 85 et 86 ans, à mes sœurs, mari, amis, proches et voisins. Entre décembre et janvier 2022, le syndicat Samu Urgences de France avait estimé que 150 morts dues à un défaut de prise en charge auraient pu être évitées. Ça fait froid dans le dos.

Il est question de “mouvements de grève” à répétition, fermeture de lits et manque de personnel, …. L’épidémie de Covid a fait fuir de très nombreux soignants et c’est aux urgences que c’est le plus sensible. Le personnel des urgences est en grève pour protester contre le manque de moyens. Quelle est la solution ?

Une étude de cohorte menée dans 97 services d’urgences partout en France vient confirmer cette surmortalité aux urgences : le risque de mourir serait 50% plus élevé en cas d’attente après une nuit sur un brancard.

1598 patients âgés de plus de 75 ans ont été suivis entre le 12 et le 14 décembre dernier, les patients ont été séparés en deux groupes : d’un côté, 707 personnes ont passé au moins une nuit sur un brancard. Les 891 autres ont pu avoir un lit dans un service classique, avant minuit le jour de leur arrivée à l’hôpital.

Bilan : surmortalité de presque 50% si vous avez passé une nuit sur un brancard aux urgences. Pour les patients âgés qui ont une autonomie limitée, la mortalité est de deux fois plus s’ils passent une nuit sur un brancard.

Comment éviter aux personnes âgées de passer la nuit aux urgences ?

Le ministère des Solidarités et de la Santé et le ministère délégué chargé de l’Autonomie ont annoncé le déploiement d’un plan national triennal pour sensibiliser et accompagner les personnes âgées afin d’éviter les chutes. Ce sujet vient en face de celui de la Fragilité et risques de chute chez les personnes âgées et du Vieillissement de la population.

Le plan national antichute s’articule autour de cinq axes prioritaires (déjà abordé dans le thème Réduire le risque de chute chez les senior) :

  1. Savoir repérer les risques de chutes et alerter  
  2. Aménager son logement 
  3. Aides techniques à la mobilité faites pour tous 
  4. Activité physique, meilleure arme antichute 
  5. La téléassistance pour tous

Réduire le risque d’une personne âgée de passer la nuit aux urgence

Pour les autres points, je ne peux pas grand chose, pour la télé assistance à domicile, je propose des solutions simple et performante, que j’ai sélectionnées dans le magma des offres du marché actuel. Je les ai testées, comparées entre elles et comparées à d’autres, j’ai retenu pour moi, pour mes parents et pour mes ami.e.s les solutions qui me semblent le plus pertinentes et que je propose sur mon site.

Personne âgée dépendante

La personne âgée dépendante est une personne âgée qui n’a plus son autonomie lui permettant de vivre seule.

Il peut s’agir d’une perte d’autonomie physique ou mentale. C’est également le cas si la personne n’a pas son autonomie pour faire ses soins, s’alimenter ou accomplir ses actes de la vie quotidienne.

Une personne âgée dépendante eut bénéficier de l’allocation APA en cas de perte d’autonomie. La personne âgée dépendante peut vivre à domicile ou ivre en établissement. La dépendance n’est pas directement liée à l’hébergement en établissement. Le maintien à domicile est même une voie généralement recommandée et bien souvent demandé par les personnes âgées et leur famille.

Que la personne âgée dépendante vive à domicile ou soit en établissement, il est toujours possible de conserver le lien senior / aidant.

Lien senior / aidant pour la personne âgée dépendante

Il s’agit de la prise en charge globale de la personne âgée, la coordination des différentes aides et soins, en fonction des besoins de la personne âgée dépendante.

bracelet pour personne qui tombe
bracelet pour personne qui tombe

Ces soins au sens large : soigner le corps, aider aux activités de la vie courante, entretenir le logement, … et pas exclusivement prendre en compte la santé médical.

La croissance du nombre de personnes âgée dépendantes rend nécessaire l’amélioration des techniques et des modes d’intervention à domicile. Cela concernent les aidants proches et famille mais également les aidants professionnels.

La dépendance de la personne âgée est “l’état de la personne qui, nonobstant les soins qu’elle est susceptible de recevoir, a besoin d’être aidée pour l’accomplissement des actes essentiels de la vie ou requiert une surveillance régulière” (art. 2 de la loi du 24 janvier 1997).

Hors accident de la vie ou traumatisme psychologique, la dépendance arrive jour après jour. Un jour la question se pose. C’est une étape difficile pour la personne âgée, mais aussi pour ses proches.

C’est pour cela que le lien senior / aidant est essentiel. Pour conserver la continuité du lien de vie, de la relation humaine, de la communication familiale, amicale, intergénérationnelle.

>> Proposer un équipement de communication autonome à la personne âgée permet de garder ce lien senior / aidant.

Le vieillissement de la population : la vieillesse

Le vieillissement de la population porte sur les personnes de plus de 65 ans, les personnes âgées, les personnes âgées de plus de 85 ans le grand âge, les seniors les plus de 50 ans. Tout le monde vieillit, il y a moins de naissance.

La vieillesse apporte son lot de difficulté. La vieillesse est associée aux problèmes de santé, aux risques de chute, à la perte d’autonomie, les états confusionnels. La vieillesse s’associe également à la perte de volume, de force, à la baisse de la vue et de l’ouïe. La vieillesse c’est aussi les rides, la fatigue, la lassitide et pour certain la solitude.

L’Organisation Mondiale de la Santé divise la vieillesse en 3 étapes :

  • 60-75 ans – jeune senior; début de la vieillesse (un premier palier)
  • 75-90 ans – senior; vieillesse tardive
  • 90+ – grand senior; longévité (quatrième âge)

La vieillesse répond à des stéréotypes : “les personnes âgées”. Le sectarisme apparait, la différence, l’autre. Cela créé souvent un isolement des personnes âgées.

Sur le vieillissement de la population : en 2019, la France comptait 17,5 millions de personnes de plus de 60 ans et selon l’INSEE, elles seront 24 millions en 2050, soit 32 % de la population. Depuis hier, j’en fais partie.

En France, si l’on se réfère à l’Insee, compte environ 4,1 millions de Français âgés de 80 ans ou plus (6 % de la population) et on atteindra les 10 % de plus de 80 ans vers 2042. Concernant la solidarité, la société va devoir s’adapter aux personnes âgées, et notamment à la dépendance en fin de vie et on va revenir à un état d’équilibre dans les 20 prochaines années .

L’avantage de la vieillesse

A titre de la personne même, la vieillesse vient également avec une plus grande disponibilité. Plus de temps libre. Un famille qui grandit. Les uns s’éloignent mais les autres se rapprochent.

La vieillesse est le temps pour profiter de ses proches, de ses passions, se reposer ou voyager. La vieillesse peut être le temps de se mettre à lire, à partager, à aider l’autre, à se rapprocher. L’isolement de la personne âgée n’est pas une fatalité.

La vieillesse est également synonyme d’expérience, de sagesse, de recul sur la vie. C’est souvent dans les tribus anciennes, les plus âgées qui sont les repères de la famille. La vieillesse dans certains cas donne accès au respect. Certains profitent de leur vieillesse pour se rapprocher de leur famille et d’autres pour faire du bénévolat.

Certaines personnes âgées profite de l’arrêt de l’activité professionnelle pour reprendre des études ou se lancer dans une nouvelle passion. La vieillesse est inévitable, prenons la du bon côté.

Un senior peut s’équiper d’un traceur avec alerte pour garder le plus d’autonomie tout en continuant de sortir. La fragilité qui vient avec l’âge ne doit pas être un frein à la vie active.

La dépendance n’est pas obligatoirement négative. Elle est l’occasion de renouer avec une logique humaine de lien social.

Allongement de l’espérance de vie

L’allongement de l’espérance de vie doit aller de paire avec une meilleure santé. Pour accompagner le vieillissement de la population, l’OMS recommande aux personnes âgées de préserver et d’améliorer leur santé physique et mentale, leur indépendance, leur bien-être social et leur qualité de vie.

Les bases d’une meilleure santé mentale et physique s’appuie sur une alimentation équilibrée et la pratique régulière d’une activité physique adaptée à la condition physique de la personne âgée. Par exemple, il ressort que 1 heure de marche quotidienne et 150 minutes par semaine d’une activité physique plus intense peut réduire de 35% le risque de mortalité toutes causes confondues.

Pour une personne active, il est également possible de se sécuriser lors des promenade ou à la maison avec une montre alarme sans abonnement qui pour 200 à 300€ sans surcout vous permet de contacter les proches en cas de chute ou de malaise.

Se protéger quand on vieillit

Chacun a le droit de décider de ce qu’il veut faire de sa vieillesse. Chacun peut accepter l’aide de sa famille, la rejeter ou vouloir en profiter selon ses envie propres. La protection de la personne n’est pas la même suivant l’âge que nous avons. Mais il s’agit avant tout d’une décision personnelle.

Chaque senior a droit au respect de sa vie, à son autonomie et peut souhaiter donner son aide et recevoir celle de ses proches. La dépendance se joue à tout âge. Lorsque nous sommes enfant, nous sommes dépendant des moyens de nos parents, lorsque devenu adulte nous nous blessons au ski ou au travail, nous devenons dépendant de notre conjoint pour les tâches quotidienne, au travail, nous sommes dépendants de nos collègues et de nos fournisseurs.

La dépendance de la personne âgée répond aux mêmes règles que la dépendance de tout humain envers un autre humain. Elle doit se faire dans le respect.

L’activité physique, une bonne alimentation, un environnement de vie adapté, voilà ce dont a besoin la personne, âgée ou non, pour se protéger. Elle doit rendre la mesure des risques liés à sa situation. Comme elle l’a fait à tout âge.

Mais la chute n’est pas le seul risque qui peut nous inquiéter concernant nos proches âgées du fait que passer la nuit aux urgences présente un risque pour les seniors. Il est donc essentiel de les protéger.

Loi grand âge et vieillissement de la population

Vieillissement de la population

Selon l’INSEE , la population française continue de vieillir et les personnes âgées d’au moins 65 ans représentent 20,5 % de la population. Le vieillissement de la population s’accélère depuis 2011, avec l’arrivée des générations nées après-guerre. Au contraire de la proportion des jeunes âgés de moins de 20 ans a reculé à 23,7 %.

Les français âgés de 20 à 59 ans représentent juste la moitié de la population en baisse depuis vingt ans.

La France compterait 76,4 millions d’habitants au 1er janvier 2070 avec une hausse de la population des personnes âgées de 65 ans ou plus, et une augmentation particulièrement forte pour les personnes de 75 ans ou plus.

En 2040, un habitant sur quatre aurait 65 ans ou plus : résultat de l’amélioration de l’espérance de vie qui s’est déjà produite, ainsi que de l’arrivée dans cette classe d’âge de toutes les générations issues du baby-boom.

Y a-t-il un bon âge pour vieillir ?

Un peu d’humour ?

En effet, il y a autant de définitions de la vieillesse que d’organisme qui veut la définir. S’il est intéressant pour des raisons statistiques, économiques et sociales de mettre des noms sur des tranches d’âge, à la dimension de l’humain, cela ne sert à rien.

Il appartient à chacune et à chacun de se regarder vieillir car c’est le sens de la vie, et de regarder vieillir ses proches.

La santé et la sécurité de nos aînés : Femme actuelle partage un contenu intéressant sur les solutions pour veiller sur les personnes âgée quand elles sont seules. Ce sujet est très touchant car il réfère à la fois aux risques de chute, sujet largement abordé ici, mais également des risques de maltraitance qui est un sujet à la fois sensible et délicat dont les familles n’aiment pas parler.

Les risques des personnes âgées qui restent seules

Les risques majeurs dont nous allons parler ici sont les risques d’accident, la chute, et les risques liés à la maltraitance.

Quels sont les risques de chute pour les personnes âgées ?

Le sujet est important quand on sait que le risque d’un accident domestique est vite arrivé et en particulier une chute : les chutes représentent 80 % des accidents de la vie courante pour les personnes âgées de plus de 65 ans, selon une enquête (EPAC) menée par le ministère de l’Économie en 2016.

Mais la chute n’est pas le seul risque pour les seniors. Si l’Organisation des nations unies (ONU) a créé la journée mondiale de lutte contre la maltraitance des personnes âgées, c’est pour nous sensibiliser suite à l’affaire Orpea, groupe de maisons de retraite accusé de maltraitances et de négligences envers ses résidents.

Qu’est-ce que la maltraitance ?

La maltraitance des seniors ne concerne pas que les résidents de maison de retraites. Bien des familles peuvent être inquiète de laisser leur proches seul à la maison, avec ou non le passage de personnel soignant et d’aidants. Comment protéger nos proches âgés quand on les laisse seuls en EPHAD ou à la maison ?

(Extrait de https://solidarites.gouv.fr)
https://solidarites.gouv.fr/journee-mondiale-de-lutte-contre-la-maltraitance-des-personnes-agees

Les maltraitances sont des phénomènes complexes à appréhender. En France, un vocabulaire partagé de la maltraitance (définition et caractérisation des situations de maltraitance) transversal aux publics mineurs et majeurs en situation de vulnérabilité a été élaboré dans le cadre d’une démarche de consensus nationale 2019-2020 pilotée par la Commission nationale de lutte contre la maltraitance et de promotion de la bientraitance, présidée par Mme. Alice Casagrande.

Les solutions pour la santé et la sécurité de nos ainés

Pour les personnes âgées qui veulent rester à domicile, il existe des alternatives aux EPHAD. Les aides à domicile, la visite de proches ou de voisins, le passage du facteur et la surveillance discrète des commerçants du coin contribuent à la vie quotidienne et au lien social. Dans la maison, les solutions technologiques font désormais leur entrée, à la fois discrète et efficace pour conserver le lien humain au sein des membres de la famille et des aidants professionnels.

Aide à domicile

Pour une personne âgée, l’aide et l’accompagnement à domicile peut aider dans les activités et tâches quotidiennes : s’habiller, faire les courses, préparer les repas. La personne âgée peut ainsi faire appel à un service d’aide et d’accompagnement à domicile prestataire ou employer un intervenant à domicile avec ou sans l’aide d’un service mandataire d’aide à domicile. Il existe de nombreux services d’aide à domicile. Ils varient selon la dépendance et les besoins de la personne âgée.

La vidéosurveillance pour senior

La solution la plus innovante et qui offre le plus de souplesse est la vidéosurveillance pour senior. Pour veiller et surveiller à distance sur vos proches âgés, des caméras de surveillance spéciales senior permettent une vidéosurveillance discrète dans la maison. L’application installée sur le smartphone de chacun des aidants permet de voir à tout moment et de dialoguer avec le proche âgée, malgré la distance. Il est possible également de mettre en route un système de surveillance et d’alertes pour être informé des entrées et sorties de la maison.

Le bracelet connecté avec ou sans ligne analogique

La solution la plus classique et vraiment très bien accepté par nos ancien est le bracelet anti chute (existe aussi en montre, en pendentif et en collier). Le bracelet est connecté par téléphone de deux façons possible :

  • la ligne de téléphone analogique
  • via sa propre carte SIM

Le bracelet antichute est pratique car il est léger et facile d’utilisation. Certains sont équipés de micros pour que la personne seule puisse parler. D’autres bracelets peuvent également détecter les chutes grâce à un accéléromètre qui permet d’alerter même si la personne a perdu connaissance. Tous intègrent un bouton d’appel manuel.

Personne âgée avec difficultés de s’orienter

Cette situation est malheureusement courante chez les personnes âgée qui ont l’habitude de marcher et avec l’âge peuvent rencontrer des difficultés, soit pour s’orienter, soit se déplacer ou se relever lors d’une chute, dans un fossé qui plus est.

Dans ces cas là, bien sûr la gendarmerie est à la recherche de la personne, mettant en œuvre des moyens de repérage, c’est le cas ici de l’équipe cynophile et des appels à témoin. La rapidité d’intervention est primordiale. Ici, la personne a marché pendant plusieurs heures avant de chuter dans un fossé. La zone de recherche est alors très grande. Le survol de la zone de recherche n’a pas été suffisant pour retrouver le senior égaré.

Une personne ayant témoigné avoir vu ce senior lors de sa promenade a permis de le localiser pour l’intervention des services de secours.

Senior qui se promène seul

Senior qui se promène seul

Pour être moi-même habituée à marcher chaque jour, je comprends très bien l’envie d’un résident de quitter son logement le temps d’une promenade. Une personne en résidence autonomie bénéficie d’une certaine liberté, c’est l’objectif de ces solutions pour passer sa retraite tranquillement. Mais en changeant de logement, la personne n’a plus ses propres repères, ceux qui ont été constitués au fil du temps autour de son propre logement.

De plus, avec l’âge, nos capacités à nous repérer baissent. L’environnement change avec les travaux d’aménagement et le repères habituels peuvent être confondus.

Solution pour se promener seule en toute sécurité

Depuis plusieurs années, je me sens moi-même très concernée par le risque de se promener seule tout en ayant toujours envie de bénéficier de cette belle liberté que représente les promenades à pieds, en vélo ou avec son véhicule.

C’est pour cela que je propose un équipement de sécurité pour senior que j’utilise moi-même.

Cet équipement de sécurité me permet de contacter mon mari si je rencontre une difficulté. Cet équipement de sécurité senior me rassure car je sais qu’à tout moment je peux le contacter d’un simple appui sans avoir à sortir mon téléphone de mon sac, l’allumer, taper le code de sécurité pour déverrouiller l’écran, chercher son numéro dans la liste des contacts, ….

Il s’agit d’une alarme senior qui se porte au bras comme une “montre alarme” (ou en pendentif avec un tour de cou).

Cette alarme senior est composée d’un boitier intégrant :

  • un bouton SOS d’appel d’urgence vers le numéro de mon choix
  • un bouton d’appel simple pour un dialogue sans forme d’urgence
  • un capteur automatique en cas de chute
  • une balise GPS permettant de localiser ma position
  • une carte SIM permettant d’envoyer l’alerte ou de passer l’appel où que je sois en intérieur comme en extérieur
  • une batterie d’une autonomie de plusieurs jour pour que je ne risque pas de tomber en panne batterie

Ainsi, à tout moment je sais que mon mari peut me localiser si je disparais trop longtemps et que je peux moi-même faire appel à lui. Plus sereine, je me sens plus libre.

>> Découvrir l’alarme senior autonome

Laisser un commentaire

Connexion en tant que anne valers. Modifier votre profil. Se déconnecter ? Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour en haut
Se déconnecter